Cet été, la maison a bougé à cause de la sécheresse.

Pour vous donner un ordre d'idée, le maire qui a 60 ans et toujours vécu là a vu, cette année et pour la première fois, ce qu'on appelle "Les fontaines'" taries.

Ce qui veut dire qu'elles ont atteint leur plus bas niveau.

Mais aujourd'hui, pour que les travaux soient pris en charge par l'assurance, il faut que ce soit reconnu comme catastrophe naturelle.

Il y a déjà une demande en cours pour 2018, qui a été refusée. C'est en appel.

Seules 4 communes de la Saône-et-Loire, dont la mienne, n'ont pas été classées en catastrophe naturelle pour 2018, alors que toutes les communes qui nous entourent l'ont été. Cherchez l'erreur.

Sauf que notre maison a bougé en 20198, pas en 2018. Donc il faudra faire une nouvelle demande.

Et c'est là que ça devient marrant.

Parce que déjà, les règles de reconnaissance de catastrophe naturelle vont changer en 2020, parce que là ça fait trop. Et puis parce que normalement, une commune ne devrait pas faire plus d'une demande tous les quarts de siècle environ.

Ben oui, pour être considéré comme catastrophe naturelle, faut que ce soit exceptionnel.

Donc il y a de fortes chances pour que ce ne soit pas reconnu pour 2019, et l'assurance ne prendra donc pas en charge les travaux.

Sauf que des travaux pour consolider la maison, faut compter entre 40000 et 60000 euros.

Une maison qui a bougé est invendable, et nous sommes propriétaires depuis deux ans uniquement. Donc au tout début d'un crédit.

On va donc se retrouver avec une barraque qui a bougé, l'impossibilité de faire les travaux, et un bien qui devient invendable.

Je sens qu'on se lance dans un chouette feuilleton, et que ça va être très compliqué...

Je vois difficilement comment on peut faire passer ça auprès de l'assurance pour avoir un coup de main.

Et encore, nous ne sommes pas les plus à plaindre dans la commune. Certains ont une maison complètement en train de s'ouvrir, alors que moi les fissures restent raisonnables, bien que très nombreuses. Ça nous laisse un peu de répit.

Eux attendent juste que le maire les expulse de chez eux...

Ouais, on a un peu les boules, parce qu'en fait c'est la faute à personne, sauf que les maisons sont pas conçues pour autant de mouvement des sols, et que ça va être de pire en pire.

C'est pas la faute de l'ancien propriétaire, pas la notre, juste pas de chance.

J'ai aucune idée, aucune solution, et ça me fait flipper.

@xakan_
Garantie décennale obligatiore, mais là, elle ne s'applique plus du coup.

Tu as de fissures sur l'ensemble de la surface de la maison ou sur des endroits précis et limités ?

@xakan_
En premier lieu, c'est pas normal que des fissures apparaissent partout, même après 20 ans.
Je pencherais pour 2 possibilités :
1- Stabilisation insuffisante du terrain au moment du terrassement,
2- Fondations non conformes. Il arrive souvent que les feraillages ne soient pas faits correctement sur les fondations, sans compter la qualités de liaison des fondations.

Est-ce que des fissures apparaissent sur le terrain ?

@rooty bah c'est la sécheresse, je suis en plein sur une zone de retrait-gonflement d'argile selon les cartes geoportail.

J'ai rien vu sur le terrain de particulier, sauf cet été où il était tout craquelé par la sécheresse.

Et puis je pourrais faire quoi de plus façon, même si c'était vrai ? Et pour vérifier pour le drainage ?

@xakan_
Sondage des sols, plusieurs technologies existent et sont réalisés par des société spécialisées.

Si le terrassement n'a pas été fait correctement, ou que les fondations ne sont pas conformes, même après la garantie décennale, il y a moyen de faire jouer l'assurance du maitre d'oeuvre à condition d'arriver à prouver les vices.

Pour le phénomènes de rigoles, il existe des solution qui consistent à combler les passages créés dans les fondations une fois localisés.
Autre solution, le coffrage extérieur des fondations, qui permet de stopper l'évolution des fissures généralement.

@rooty ok, merci pour les tuyaux. Mais dans tous les cas, c'est pas l'assurance qui va gérer ça, et puis les travaux coûteront une fortune. J'ai aucune idée de qui était le maître d’œuvre à l'époque. Et je me dis que c'est peine perdue sur ce point.

Et au final, ça va quand même nous coûter une fortune dans tous les cas, que ce soit pour le prouver, ou pour les travaux s'ils ne sont pas pris en charge par l'assurance.

@xakan_
Je sais bien, et c'est tout le problème pour bon nombre de propriétaires qui se retrouvent avec des maisons dégradées.
On se demande jusqu'à quel point c'est pas fait exprès...
Le combat est long et coûteux, c'est vrai

@rooty à la limite, à avoir un combat long et coûteux, je préfère me payer les réparations... Vraiment. Au moins je paie mon crédit et on me fout la paix.

Suivre

@xakan_
Le risque est que les choses évoluent encore plus jusqu'à ce que ça touche les élévations et particulièrement les linteaux.
D'ailleurs, as tu uniquement des fissures sur l'horizontal ou as tu également des fissurations sur les élévations ?

@rooty les deux. J'en ai un peu partout en fait. C'est une maison dont le RDC est sur vide sanitaire, et ce qu'on appelle l'étage est en demi palier au dessus d'un garage qui lui est directement au sol. Et j'en ai un peu partout. Ç a d'ailleurs aussi fissuré au niveau des linteaux. Sinon c'est pas marrant.

@xakan_
Putain, ça a sacrément bougé alors :/
Clairement là, je préconiserais de faire tout ce qui est en ton pouvoir pour obtenir l'état de catastrophe naturelle (Le Maire est ton allié) ;-)

@rooty oui mais le maire se bat déjà pour 2018, et on a pas été reconnus comme je l'ai dit dans mes pouets :/

J'ai peur que ce soit pareil pour 2019. Donc si c'est refusé en 2019, on verra pour le financement qui nous foutre dans la merde et nous clouera définitivement en bourgogne.

@rooty sur georisques, j'ai : cavité souterraine naturelle, installation industrielle, retrait gonflement des sols argileux, séisme (faible, niveau 2). Ça laisse du choix :)

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Fablab LCube

Mastodon est un réseau social utilisant des protocoles Web ouverts et des logiciels libres. Tout comme le courriel, il est décentralisé.